Qualité de l’air en Ontario

Indice de qualité de l’air (IQA) et pollution de l’air (PM2.5) en Ontario

DERNIÈRE MISE À JOUR (Heure locale)

CLASSEMENT EN DIRECT DES VILLES (IQA)

Classement en direct des villes les plus polluées en Ontario

Icône d'info-bulle
#cityIQA US
1 Sarnia

62

2 Mississauga

59

3 Toronto

58

4 Kirkland Lake

57

5 Oakville

57

6 Guelph

56

7 Hamilton

56

8 Windsor

56

9 Kingston

55

10 Chatham

53

(Heure locale)

CLASSEMENT MONDIAL DE l’IQA

Contributeurs de données sur la qualité de l'air

Données fournies par

Contributeurs

4

Sources de données

3

Le logo du profil de Government of Ontario, Ministry of the EnvironmentLe logo du profil de National Air Pollution Surveillance ProgramLe logo du profil de Environmental Protection AgencyLe logo du profil de 29 contributeur anonymeLe logo du profil de PurpleAirLe logo du profil de Government of Ontario, Ministry of the Environment

Obtiens ton propre moniteur pour mesurer la qualité de l'air par toi-même et rejoins le mouvement.

Devenez un contributeur
Renseignes toi plus sur les sources des contributeurs et des données

CLASSEMENT EN DIRECT DES VILLES (IQA)

Classement en direct des villes les moins polluées en Ontario

Icône d'info-bulle
#cityIQA US
1 Oshawa

1

2 Dorset

12

3 Grand Bend

21

4 Barrie

25

5 Thunder Bay

25

6 Brampton

29

7 Kitchener

29

8 London

29

9 North Bay

29

10 Parry Sound

29

(Heure locale)

CLASSEMENT MONDIAL DE l’IQA
Bon
Moyen
Mauvais pour les personnes sensibles
Mauvais pour la santé
Très mauvais pour la santé
Dangereux
forme rectangulaire cliqué pour ouvrir la carte en plein écran
icône en forme de plus cliquée pour agrandir la carte
icône en forme de moins cliquée pour dézoomer la carte

Comment se protéger au mieux de la pollution de l’air?

Réduire votre exposition à la pollution de l’air en Ontario

*Traduit à l'aide de la traduction automatique

Quelle est la qualité de l'air en Ontario?

Les niveaux de pollution de l'air en Ontario sont considérés comme faibles, ce qui contribue à une qualité de l'air généralement «saine». En 2016, 93% des villes de la province respectaient les normes de qualité de l'air «très bonnes» ou «bonnes» du Canada, qui sont parmi les plus strictes au monde.1


La pollution atmosphérique est souvent qualifiée de «smog», une combinaison de polluants atmosphériques, dont l'ozone troposphérique et les PM2,5. La saison du smog en Ontario s'étend de mai à septembre, où les niveaux de PM2,5 et d'ozone sont généralement à leurs concentrations les plus élevées. Le smog estival de la région est dû aux conditions météorologiques, telles que les cellules à haute pression qui attirent les polluants des villes américaines industrielles et urbanisées de l'autre côté de la frontière canado-américaine, ce qui augmente les niveaux de pollution atmosphérique dans la région inférieure des Grands Lacs de l'Ontario.


La pollution par l'ozone est unique en ce qu'elle n'est pas émise directement à partir de sources souterraines, mais plutôt formée dans l'atmosphère lorsque le dioxyde d'azote (NO2) et les composés organiques volatils (COV) réagissent en présence de la lumière du soleil. C'est pour cette raison que les concentrations d'ozone dépendent fortement des conditions météorologiques et climatiques, qui varient d'une année à l'autre. L'année 2016 a représenté une année plus chaude que la moyenne avec des conditions prolongées de formation de smog. Au cours de l'été 2016, l'Ontario a connu 25 jours de températures supérieures à 30 °C qui ont encouragé le développement de l'ozone, tandis que 19 sites de surveillance de l'air à travers la province ont enregistré des niveaux d'ozone supérieurs au seuil.


Les mesures prises par l'Ontario pour réduire les émissions de polluants précurseurs de l'ozone ont entraîné une diminution de 30% du NO2 de 2007 à 2016. Malgré cette réduction, l'ozone mesuré a augmenté de 1% au cours de la même période. Les dépassements d'ozone en Ontario sont le plus souvent signalés dans la partie sud-ouest de la province, sur les rives du lac Huron et du lac Érié, près de la frontière américaine, où la pollution transfrontalière a un effet plus important sur la qualité de l'air mesurée. Les scientifiques attribuent la hausse des niveaux d'ozone ici au réchauffement des températures résultant du changement climatique, combiné aux polluants précurseurs ambiants transportés par les villes industrielles américaines à proximité.


Les particules fines, ou PM2,5, sont une autre composante essentielle du smog. Plus souvent que l'ozone, les PM2,5 existent à des niveaux qui dépassent les «bonnes» normes du Canada. La pollution par les PM2,5 en Ontario provient principalement du chauffage au bois résidentiel en hiver, des incendies de forêt à la fin de l'été et au début de l'automne, et des émissions de l'industrie et des transports.


L'Organisation mondiale de la santé recommande que les concentrations annuelles de PM2,5 ne dépassent pas en moyenne 10 μg / m3. En Ontario, 97% des villes respectaient cette norme en 2019 - seule Hamilton la dépassait. Cependant, selon la norme canadienne plus stricte pour les PM2,5 annuelles, fixée à 8 μg / m3 , 3 villes surveillées ont échoué à atteindre: la qualité de l'air de Hamilton (10,1 μg / m3), la qualité de l'air de Bainsville (8,2 μg / m3) et la qualité de l'air de Windsor (8,2 μg / m3).


Bien que ces trois villes soient les plus polluées de l'Ontario, elles se classent également parmi les meilleures du pays, se classant respectivement 11e, 21e et 38e villes les plus polluées du pays.


Entre 2007 et 2016, les concentrations de PM2,5 en Ontario ont chuté de 12%. Les réductions sont attribuables à des réglementations industrielles et automobiles plus strictes et à l'élimination progressive des centrales électriques au charbon. Cependant, malgré ces améliorations de la qualité de l'air, les feux de forêt devraient devenir plus fréquents et plus graves et pourraient menacer les concentrations de PM2,5 de l'Ontario à l'avenir en tant que principale source naturelle.2

Où est la meilleure qualité de l'air en Ontario?

L'Ontario est la province la plus peuplée du Canada, où vivent près de 40% de la population du pays. Elle est également très vaste - avec 1,076 million de km², c'est la deuxième plus grande province après le Québec (plus de 1,5 fois la taille du Texas aux États-Unis). Compte tenu de la grande taille de la province et des nombreux centres métropolitains, la qualité de l'air en Ontario varie considérablement.


Les villes les plus grandes et les plus polluées de l'Ontario sont situées en grande partie dans la partie la plus au sud de la province, près de la frontière américaine. De nombreuses villes frontalières américaines ont une qualité de l'air qui dépasse la norme canadienne d'exposition annuelle aux PM2,5 à 8 μg / m3. Ces villes comprennent la qualité de l'air de Cleveland (13,3 μg / m3), la qualité de l'air de Chicago (12,8 μg / m3), la qualité de l'air de Detroit (9,9 μg / m3), la qualité de l'air de Minneapolis (8,8 μg / m3) et la qualité de l'air de Milwaukee (8,5 μg / m3).


Parmi les plus grandes villes de l'Ontario, seule Hamilton dépasse la norme canadienne de PM2,5 (avec une concentration annuelle moyenne de 10,1 μg / m3). Dans l'ordre décroissant de la taille de la population, les autres grandes villes canadiennes qui satisfont à la norme sont Toronto (7,4 μg / m3), Ottowa-Gatineau (7,8 μg / m3), Kitchener (6,8 μg / m3), London (6,4 μg / m3)) et Oshawa (6,2 μg / m3).


La meilleure qualité de l'air de l'Ontario a tendance à être davantage éloignée de la frontière et des autres grandes villes. En 2019, les 5 villes les plus propres de l'Ontario étaient Chalk River, Parry Sound , Lake of Bays, North Bay et Sault Ste. Marie - qui ont toutes des concentrations annuelles moyennes de PM2,5 inférieures à 5 μg / m3.

Que fait l'Ontario pour réduire la pollution atmosphérique?

L'Ontario a adopté une approche agressive pour lutter contre la pollution atmosphérique, ce qui a abouti à un air plus pur aujourd'hui qu'à n'importe quel moment de l'histoire récente.


De 2007 à 2016, les concentrations de pollution atmosphérique des principaux polluants ont considérablement diminué, notamment:


  • 53% de diminution du monoxyde de carbone (CO)
  • 51% de diminution du dioxyde de soufre (SO2)
  • Diminution de 30 pour cent du dioxyde d'azote (NO2), un des principaux polluants précurseurs de l'ozone
  • Diminution de 12% des particules fines (PM2,5)

Ces résultats font suite à un certain nombre de règlements sur la qualité de l'air en Ontario, notamment:


  • l'élimination en 2005 des centrales au charbon (l'une des plus importantes initiatives en Amérique du Nord pour réduire les gaz à effet de serre)
  • augmenter les normes de qualité de l'air, étendre la couverture de surveillance de la qualité de l'air et étendre la réglementation locale sur la qualité de l'air
  • des plafonds et des réglementations commerciales plus stricts sur les émissions d'oxydes d'azote et de dioxyde de soufre
  • nouveaux contrôles des émissions dans les fonderies
  • adaptation et promotion des véhicules électriques et à faibles émissions grâce à des subventions, des rabais acheteurs et plus de bornes de recharge3

Qu'est-ce qui cause la pollution de l'air en Ontario?

Les particules fines (PM2,5) et l'ozone représentent les deux polluants atmosphériques les plus dangereux en Ontario présents à des niveaux nocifs. Bien que les deux polluants contribuent à des effets sur la santé à court et à long terme allant de la difficulté à respirer et de l'irritation des voies respiratoires aux lésions pulmonaires et à la mort prématurée, ils diffèrent selon la source et l'effet.


Les PM2,5 décrivent un mélange de particules microscopiques en suspension dans l'air, allant de la poussière, des cendres et du pollen aux fumées, produits chimiques et aérosols. Il est défini par sa taille plutôt que par sa composition chimique, car différents effets sur la santé sont corrélés à des particules de différentes tailles. La pollution par les PM2,5 est le plus petit type de particules couramment mesuré par l'Agence canadienne de protection de l'environnement (EPA). Il est souvent pesé en importance et en danger pour sa capacité à contourner les poumons et à être absorbé dans le système circulatoire, entraînant des effets de grande portée sur la santé.


Quant aux sources anthropiques ou d'origine humaine, le gouvernement provincial de l'Ontario estime que:


  • 56% des PM2,5 proviennent de sources résidentielles (y compris des activités telles que le chauffage au bois en hiver et le barbecue)
  • 21 pour cent proviennent de sources industrielles (dont 8 pour cent proviennent de fonderies de métaux et 4 pour cent de l'industrie du ciment et du béton)
  • 5% proviennent de véhicules routiers
  • 7% proviennent d'autres modes de transport
  • 11 pour cent proviennent d'activités diverses, telles que la construction et la poussière soufflée par le vent

De 2007 à 2016, les émissions de PM2,5 de l'Ontario ont été réduites de 16%. Les réductions les plus importantes concernent les émissions des transports, suivies des émissions industrielles.


L'ozone troposphérique est un gaz polluant hautement irritant, incolore et inodore qui se forme lorsque le dioxyde d'azote (NO2) et les composés organiques volatils (COV) réagissent à la lumière du soleil. La formation d'ozone dépend fortement de certaines conditions environnementales idéales, notamment des températures supérieures à 29 degrés et de la prévalence des polluants précurseurs. Comme un ensoleillement abondant et des températures chaudes sont nécessaires pour la formation d'ozone, les changements climatiques entraînent des différences dans les concentrations d'ozone. Les niveaux d'ozone les plus élevés de l'Ontario se produisent généralement les jours chauds entre mai et septembre, souvent de midi au début de soirée.


Les sources anthropiques d'oxydes d'azote en Ontario comprennent


  • 69 pour cent de sources liées au transport (dont 34 pour cent sont des «véhicules routiers»)
  • 11% de sources résidentielles
  • 17 pour cent de sources industrielles
  • 3 pour cent de sources de services publics

Les sources anthropiques de composés organiques volatils en Ontario comprennent


  • 28 pour cent de sources liées au transport (dont 11 pour cent proviennent de véhicules routiers)
  • 26% d'utilisation générale de solvant
  • 15% de sources industrielles
  • 16 pour cent de sources résidentielles
  • 9 pour cent d'impression / revêtement de surface
  • 6 pour cent de sources diverses

L'élimination progressive du charbon a-t-elle réduit la pollution atmosphérique en Ontario?

En 2005, l'Ontario a commencé à éliminer progressivement les centrales au charbon afin de réduire les émissions et les effets néfastes sur la santé liés à l'air sale. Un rapport préliminaire a estimé que cette mesure entraînerait des économies annuelles de 3 milliards de dollars en soins de santé en raison de la réduction des toxines atmosphériques liées au smog.4 rapports ultérieurs et les données post élimination, révèle des changements dans la qualité de l' air de l' Ontario étaient plutôt petits, et le modèle précédent surestime ses effets sur l' épargne des soins de santé.


Une étude menée par l'Institut Fraser a révélé que l'élimination des centrales électriques au charbon réduisait les niveaux de PM2,5 dans les zones urbaines de l'Ontario de 1 à 2 μg / m3 , ce qui équivaut à une réduction de 6 à 12% par rapport aux niveaux les plus élevés de la ville. Moins importante a été la réduction des niveaux d'ozone en Ontario, qui semble avoir été compensée par une augmentation des émissions des usines de gaz naturel.


Bien que l'élimination progressive du charbon ait réduit les niveaux de pollution atmosphérique en Ontario, la réduction des gaz à effet de serre dans la lutte contre les changements climatiques était peut-être plus importante que la réduction des polluants atmosphériques liés aux effets néfastes sur la santé. De plus, bien que coûteuse, le passage aux énergies renouvelables est une étape positive vers l'amélioration de la santé publique et de l'environnement à long terme.


+ Article Resources

[1] Ministry of the Environment, Conservation and Parks. (2016). Air quality in Ontario 2016 report. Ontario Government.
[2] Rapp LJ. (2016, May 10). Climate change means more forest fires in Ontario. Here’s why. TVO.
[3] Peters D. (2020, October 5). Do Ontarians dream of electric vehicles? TVO.
[4] McKitrick R, et al. (2017). Did the coal phase-out reduce Ontario air pollution? Fraser Institute.

Sources de données de Ontario sur la qualité de l'air

Contributeurs 4

Quelle est la ville la plus polluée en Ontario?

Se connecter avec IQAir

S’inscrire à notre lettre d’information